Marcos Serrano

Anglais  |   Français  |   Espagnol

 

L’ OBSERVATEUR

Je la cherche tous les matins à 8 heures dans le hall de l’immeuble de bureaux, entre des centaines d’employées. Je l’attends à 10 heures à côté de la machine de café. Je la cherche à midi dans le restaurant de l’immeuble. Je l’attends à 2 heures à côté de la machine de café. Je la vois partir tous les après midi à 4 heures par le hall de l’immeuble, entre des centaines d’employées.

Beaucoup de fois, pendant qu’elle est dans sa poste de travail dans le Département de Sécurité Informatique, je l’observe dès le couloir pendant des longs périodes de temps sans qu’elle me voie. Il me plaît la ligne de son visage, le profil de son nez, la beauté de ses yeux, la courbe de ses pommettes, l’embonpoint de ses lèvres…

Mes continuels distractions au travail font que je reçoive des réprimandes de mes supérieurs, et ça provoque que d’habitude elle vienne me voir à mon gelé bureau ; J’aime la voir assise en face de moi pendant qu’elle essaie de corriger mon attitude. Le matin d’un dimanche elle est venue me voir à la froide salle très gaie et contente, sous son bras elle avait une boîte où on lisait «nouveau système de reconnaissance faciale avancée » ; Elle s’est assise en face de moi et a commencé à me désinstaller.